Les inscriptions ouvrent dans


English 
Trofeo Rosso
  Quoi de neuf ?
  Séries
  Informations
  Assurances
  Règlement
  Facebook
Participants
  S'inscrire
  Modifier ton dossier
Bénévoles
  Devenir bénévole
Clubs
  Réserver un emplacement
Marchands
  Réserver un emplacement
Infos circuit
  Plan du paddock
Organisateurs
  Hommage à Didier
  Objectifs
  Trombinoscope
  Contacts
> Historique
  Statuts
  Liens
Livre d'or
Albums photo
  Photos récentes
  Photos favorites
  Dernières vues
  Albums favoris
Vidéos

La naissance du projet


« Bonjour, on n’est pas bien connu sur les circuits mais on est cinq ou six farfelus à vouloir organiser un week-end de démo sur circuit rien que pour les Italiennes ! »

« Y’a les Journées Ducati pour ça mon gars ! »

« Oui, mais on voudrait que ça soit un truc avec plein de clubs, ça serait chouette. »

C’est un peu comme ça que ça a commencé en mars 2001. Autant dire que ça ne payait pas de mine au début ce projet.

Mais bon, on se renseigne plus avant en choisissant deux ou trois circuits possibles, en demandant des devis, en faisant un pré-budget … et il en ressort que pour être viable, il fallait au moins 200 participants à 350F. Le relais des clubs était donc indispensable.

On les contacte et on leur propose de venir à une réunion à Moto Légende 2001 et … surprise presque tous viennent. On explique et tout le monde est séduit. Reste deux problèmes : premièrement, qui organise, et deuxièmement pour réserver un circuit, faut un chèque donc du pognon.

Il est décidé qu’une assoce indépendante sera créée prochainement. Puis dans les jours qui suivirent Moto Légende, les clubs qui le pouvaient ont prêté pour un montant total de 17KF aux JI. On pond des statuts et on dépose en juin 2001 les Journées Italiennes dont je suis le prez car c’est moi qui ait le plus ouvert ma gueule en réunion inter-clubs ! Bernard Mailly en est le secrétaire (c’est surtout qu’il va gérer les inscriptions) et Renaud Maire le trésorier.

A partir de là, on passe à la vitesse supérieure durant l’été 2001 : d’une part on monte un site internet avec Jean-Marc Maurin (l’homme à la Ghezzi Brian). Comme notre équipe est très dispersée sur la carte de France, le site sera un outil de communication externe mais surtout un outil de gestion interne en parallèle d’une liste E-mail de travail.

D’autre part, avec Francis Semence, on réserve un circuit et une date : les 6 & 7 juillet 2002 à Lurcy Lévis sur les critères : position géographique centrale en France, sécurité facile à mettre en place et surtout prix abordable. Tout va bien jusque octobre où Lurcy nous énonce de nouvelles dates (juillet plus possible, voir fin août) mais surtout des conditions revues et difficiles à accepter, tant pour l’esprit qu’on voudrait voir au TR que pour l’équilibre financier de la manif. Bref on vient de perdre trois mois au moins !

On reprend le contact avec Le Vigeant et là tout se passe bien et rapidement : pour Noël 2001, on avalise le contrat de loc et la date est fixée. Elle ne changera plus. Le Vigeant est plus adapté à un large accueil et techniquement est un circuit plus intéressant mais la sécurité y est plus délicate à organiser. Quant au tarif, c’est le double de Lurcy ! Bon mais y’a pas le choix, faudra donc passer de 200 à 250 inscriptions remontées à 500F. Pas gagné tout ça, d’ailleurs une réunion avec le DCF en novembre 2001 a largement mis ces faiblesses en valeurs. Les conseils glanés y furent précieux.

Toujours dans cette période charnière de fin d’année 2001, Francis Chartier nous créé une affiche pour Moto-Salon début décembre. Le but était de se faire connaître et de tester l’impact : bon feeling.

Autant dire que début janvier 2002, on est plus serein : on a une date, un lieu et les gens trouvent l’idée sympa. Reste plus qu’à concrétiser. En deux mois on planche sur tous les documents nécessaires (règlement, bulletin d’inscriptions pilotes & commissaires, définition des séries, horaires, …). On prépare également les dossiers préfecture, assurances, … On dégotte deux toubibs et on définit l’équipe médicale et le matériel à avoir.

Début mars 2002, on commence à contacter la presse et à lancer les inscriptions de tous ceux qui s’étaient manifestés ou pré-inscrits via le site internet où via les gazettes des clubs alimentées régulièrement depuis 6 mois. Bernard Mailly va s’acquitter haut la main du casse-tête qu’est le suivi des inscriptions avec ceux qui oublient de signer le chèque, ceux qui se trompent de montant, ceux qui annulent, ceux qui veulent des trucs pas prévus, … et tout ça avec son légendaire calme et sa naturelle gentillesse. Bref les inscriptions affluent en avril (50% déjà) puis plus rien jusque mi juin !!! Effet des ponts à répétition, des élections, de la Coupe du Monde de Foot ? Quoiqu’il arrive, trop tard pour faire marche arrière. On s’inquiète du possible bouillon financier et on diffuse partout le message « venez vous inscrire ». Résultat à mi-juillet c’est complet et on a même dû refuser quelques personnes.

Petit retour sur la période mars à juin : Florence & Francis Semence avec Patrick Le Dantec rassemblent le matériel et les hommes nécessaires pour l’accueil, les contrôles, la piste, …. Avec Olivier Vermillet et Bernard Moudurier, on met en place le bar, la musique, le village pro, la restauration sur site, la tombola (que Anne Maire animera avec entrain)… Comme ces trucs furent traités en derniers, certains ont un peu merdé et on sait comment faire mieux l’an prochain.

Toujours dans la même période, on tente d’intéresser la presse avec Renaud Maire, mais là c’est plus dur : mieux vaut connaître du monde, ça accélère le processus, et puis en parler trois mois avant ne les intéressent pas (nous si pour avoir des inscriptions) : l’actualité c’est sur le moment n’est-ce pas ! A force de persévérance, on finit par décrocher des petits rédactionnels dans la presse moderne ou classique, et d’avoir pendant le TR un journaliste de LVM et Café Racer. Par correction, on a aussi informé tous les importateurs de motos italiennes de l’existence du TR. Un inspecteur commercial de Guzzi France est venu en spectateur. Des fois que ça faciliterait la venue d’une machine du musée de la marque à l’avenir ?

Voilà, pour en savoir plus sur le déroulement du week-end, on vous préparera un extrait de différents témoignages récoltés dans les jours qui suivirent le TR. Commentaire général des gens, participants ou spectateurs : « chapeau pour une première »

En rapide, 256 inscriptions (soit 277 motos et 302 participants), 12 personnes à l’équipe médicale, 150 bénévoles commissaires de piste en roulement, 25 bénévoles à l’organisation, environ 400 spectateurs le samedi et 600 le dimanche, trois polices d’assurances nécessaires pour couvrir cette démo, 700 bouteilles d’eau minérale distribuées (Trofeo Rosso, Trofeo trop chaud) ...

Aucun accident à déplorer, quelques chutes sans gravité, des participants respectueux des autres (faut le dire aussi) et les félicitations de la Mairie du Vigeant et de la direction du circuit.

Sachez que le travail ne s’arrête pas le dimanche soir. Lundi, nettoyage du site à une dizaine (merci Messieurs et Mesdames les participants et spectateurs d’avoir utilisé les poubelles). Puis envoi à la presse d’un petit rédactionnel, paiement des factures, vérification des comptes, débriefing post-manif en interne et à la préfecture, remboursement des prêts clubs, prépa de l’AG et définition du TR2003.

Bref ça finit par être prenant tout de même cette affaire. Mais quelle satisfaction rien qu’à voir vos sourires et d’avoir réuni tant de marques italiennes.

Alors un avant-goût du prochain TR : toujours au Vigeant les 26 & 27 juillet 2003.

Inscriptions entre le 1er avril et le 30 juin (c’est loin mais ne tardez pas car on refusera du monde).

Formules « Integrale » (accès piste six fois 20 minutes) et « Battesimo » (deux fois 20’) reconduites pour le même ordre de grandeur de tarifs (environ 80€ ou 30€ avec assurances). Les séries seront par contre légèrement redéfinies (par exemple on aimerait bien créer une véritable série 50cc, voire une pour sides routiers italiens : appel lancé, avis aux amateurs).

Pour un meilleur accueil de tous, on utilisera beaucoup plus le centre du circuit (concert avec musique plus musclée, sanitaires supplémentaires, ...). La restauration sur place sera aussi améliorée.

Et l’entrée spectateur restera gratuite !